Notre corps est un instrument de musique. Il est vibrations. Il est incarné dans et animé par un univers vibratoire.
Et comme tout instrument, il peut se désaccorder ou être empêché de jouer librement, pleinement selon sa vraie nature.

Pour illustrer ce propos, prenons l'image d'un contenant comme un bol tibétain. Remplissons-le de pierres. Que se passe-t-il en le frappant?
Rien! Il ne vibre pas. Il ne peut pas vibrer puisque sa capacité même en est empêchée, étouffée par les pierres. Il ne peut donc révéler son plein potentiel vibratoire, c’est-à-dire toute l’étendue de son être.
Mais, si nous le vidons, alors il peut vibrer librement, et ses vibrations, ses harmoniques peuvent s'exprimer dans toutes leurs étendues dans l'espace.
Il en va de même avec nous-mêmes.

Quelques soient les pierres (interprétations erronées de nos perceptions; jugements sur soi; limitations auto-imposées par condionnements religieux, socio-culturels, professionnels, familiaux ou transgénérationnels ; croyances ; conflits émotionnels - relationnels entre des parties différentes de nous-mêmes qui n’arrivent pas à co-exister…), nous avons toujours la possibilité de nous ré-accorder, de nous ré-harmoniser.

C'est pourquoi, les objectifs du yoga du son consistent, à mon sens et selon mes expériences, non seulement à apprendre à vider notre bol pour (re)trouver et laisser place à notre vibration propre (qui est UNE avec la Vie qui nous anime) mais aussi à élever notre conscience, à développer notre vivance de l'aspect vibratoire de l’Univers qui nous constitue.

Pour cela, nous travaillons sur différents plans :

  • la qualité de notre verticialité (axe Terre-Ciel) ,
  • la qualité de notre relation à notre corps et notamment de notre tonus musculaire (eutonie);
  • la qualité de notre écoute, de notre réceptivité en termes de sentir et de ressentir,
  • et en corollaire nos facultés attentionnelles et notre présence qui permettent de capter, de nous relier aux phénomènes (comme les vibrations et leurs effets sur nous).
  • l’accueil de nos différentes dimensions et l’expression de soi.

La voix, les sons (mantras), le chant, le souffle, la musique, la relaxation et la méditation sont nos supports privilégiés d’expérience.
Nul besoin de savoir chanter ni de chanter juste, ce qui compte c’est la reliance, la vivance.

Il est à noter que cette pratique est déconseillée en cas de problématique psychiatrique.

Horaire du cours: lundi de 20h15 à 21h30 et le jeudi de 18h à 19h15